Logo des colloques

L'accessibilité des sites Web publics wallons aux personnes déficientes visuelles : la labellisation Blindsurfer

Emmanuelle Michaux
EASI-WAL E-Administration, Région Wallone

emmanuelle.michaux@easi.wallonie.be

Version imprimable de la page

Information sur l'auteur

Licenciée en Communication, orientation Relations publiques et Communication d'organisation, elle travaille, depuis 1997 dans ce domaine au sein de la fonction publique wallonne.
En août 2002, elle contribue à la promotion de la dimension "e-gouvernement" au sein de la cellule Wall-On-Line chargée de l'élaboration et de la mise en oeuvre de l'e-gouvernement en Région wallonne. Depuis novembre 2005, elle est Responsable de la Communication au Commissariat EASI-WAL (e-Administration et Simplification), issu de la fusion entre Wall-On-Line et le Commissariat à la Simplification Administrative et dépendant directement du Ministre-Président de la Région wallonne. EASI-WAL a comme priorités de mettre en oeuvre les actions de simplification administrative et d'e-gouvernement décidées par le Gouvernement wallon, de mener un travail de veille dans ces matières, de réaliser des actions d'amélioration de la lisibilité des textes décrétaux et réglementaires et des formulaires et documents administratifs et de fournir aux services du Gouvernement wallon des conseils méthodologiques en matière de simplification administrative et de mise en place de l'e-gouvernement.

Résumé

2003 était l'année de la personne handicapée. Le Gouvernement wallon a décidé d'accorder une importance particulière à l'accessibilité de ses sites Web aux personnes déficientes visuelles. Il a adopté en avril 2003 une série de mesures en vue de rendre accessibles la majorité des sites Web publics de la Région wallonne.

En Belgique, un label s'est progressivement imposé. Il s'agit du label Blindsurfer, label de qualité qui, lorsqu'il est apposé sur un site, offre à une personne handicapée de la vue la garantie que l'information lui est facilement accessible. Ce label est déjà utilisé en Flandre et pour certains portails fédéraux.

Pour l'instant, la promotion des sites labellisés est très faible. Chaque site labellisé organise s'il le souhaite une communication autour de ce plus ou intègre cet élément dans la communication promotionnelle autour de leur site. On retrouve malgré tout la liste complète des sites labellisés sur le site dédié à l'accessibilité. On communique plus sur la démarche de la Région wallonne.

Nous réfléchissons actuellement à organiser un événement qui aura un triple objectif :

Ce label garantit le respect des exigences et recommandations mondiales d'accessibilité (WAI : World Accessibility Initiative) élaborées par le W3C (World Wide Web Consortium) qui constitue l'organe de régulation du Web.

Conformément à la décision du Gouvernement wallon du 10 avril 2003, la promotion de l'accessibilité des sites Internet wallons aux personnes non-voyantes et malvoyantes passe par l'attribution du label Blindsurfer dont l'Oeuvre Nationale des Aveugles (ONA) assure la mise en oeuvre. Ce label est attribué après un long travail d'évaluation des sites par des experts agréés de l'ONA. La procédure suivie consiste à procéder à une première évaluation des sites concernés, à transmettre un rapport reprenant les modifications à effectuer, à conseiller et à assister les webmasters intéressés, à procéder à une deuxième évaluation et, enfin à délivrer le label, qui se matérialise alors sous la forme d'une icône aisément identifiable par les déficients visuels.

Pour l'instant la priorité a été mise sur la problématiques des usagers non-voyants ou malvoyants. La démarche est déjà d'une grande ampleur et le résultat n'est pas garanti d'emblée. Nous pensons aussi que chaque handicap a ses spécificités et que les problèmes sont dès lors multipliés.

La décision du 10 avril 2003 comportait une notion d'obligation. Une liste de sites à rendre accessibles en priorité avait été initialement définie. Cela concernait donc ici le cas des sites existant déjà sur la toile. Il était dit « Les sites énumérés doivent progressivement être rendus accessibles, lors d'une étape de maintenance par exemple. Dans tous les cas, l'ensemble des sites concernés par l'obligation doivent être rendus accessibles pour fin 2005. » Les sites prioritaires ont fait l'objet d'un premier audit dès juillet 2003.
Mais dans la réalité des faits, nous constatons que le délai a difficilement pu être tenu. En effet, les difficultés sont grandes : sensibiliser les fonctionnaires à cette problématique, rendre un site existant accessible et concevoir de nouveaux sites en incluant l'accessibilité prend du temps.

Structure

BlindSurfer, en plus d'être un label d'accessibilité porté aujourd'hui par environ 350 sites belges, est le nom d'une association de fait créée par les deux associations Blindenzorg Licht en Liefde et l'O.N.A. (Oeuvre Nationale des Aveugles) avec l'appui de la CBPAM (Confédération Belge pour la Promotion des personnes Aveugles et Malvoyantes) dans le but de coordonner leurs efforts dans le domaine de la promotion de l'accessibilité des sites Web pour les personnes handicapées de la vue.
Les deux associations ont chacune mis en place une équipe chargée des travaux liés à BlindSurfer.
Les deux équipes partagent leurs réflexions et leurs expériences dans le domaine.
Elles unissent leurs efforts pour la promotion et l'évaluation des sites Web bilingues et pour la formation des designers.
Elles travaillent indépendamment pour les sites unilingues néerlandophones et francophones mais en étroite collaboration pour les sites fédéraux publiés dans les langues nationales.

Action

Le rôle des équipes BlindSurfer est :

Réalisations

Les équipes BlindSurfer regroupent aujourd'hui 5 experts en accessibilité. Elles ont, principalement en Flandre, évalué environ 500 sites et décerné environ 350 Labels. Elles ont organisé de nombreuses activités de formation.

Procédure

La procédure d'évaluation classiquement proposée par BlindSurfer consiste en :

En Belgique, la loi du 25 février 2003 dite loi antidiscrimination ("Loi tendant à lutter contre la discrimination et modifiant la loi du 15 février 1993 créant un Centre pour l'égalité des changes et la lutte contre le racisme") interdit la discrimination directe ou indirecte qui porterait sur "la fourniture de biens ou de services à la disposition du public".
Par ailleurs, le 20 février 2003, le Gouvernement wallon a approuvé une note d'orientation en matière d'intégration des personnes à mobilité réduite.

Il est important que des efforts soient menés systématiquement aux niveaux du gouvernement fédéral, de la communauté française, de la Région bruxelloise et des communes francophones.

En Belgique, l'association BlindSurfer est, malgré son faible effectif, le seul organisme indépendant qui s'occupe de cette question. Pour systématiser son action, elle a besoin du soutien du monde politique et du monde économique et social dans le but d'obtenir un mandat clair et des ressources humaines plus importantes, soutien qu'elle a reçu préalablement du gouvernement flamand, des provinces et des communes flamandes ainsi que de la Région Wallonne.

Informations complémentaires

Contact

- Jeroen Baldewijns, coordinateur du projet BlindSurfer pour Blindenzorg Licht en Liefde
Mail : jeroen@blindsurfer.be - Téléphone +32.16.73.52.40

- Roel Van Gils, Toegankelijke websites voor mensen met een functiebeperking responsable du projet BlindSurfer pour Blindenzorg Licht en Liefde - Gent
Mail : roel@blindsurfer.be - Telefoon: +32.9.225 95 29

- Bart Simons, expert en accessibilité pour Blindenzorg Licht en Liefde - Leuven
Mail : bart@blindsurfer.be

- Sophie Van Cangh, coordinatrice du projet BlindSurfer pour l'Oeuvre Nationale des Aveugles - Bruxelles.
Mail : sophie@blindsurfer.be - téléphone +32.2.241.65.68

- Alain Thonet, expert en accessibilité pour l'Oeuvre Nationale des Aveugles - Bruxelles
Mail : alain.thonet@ona.be - téléphone +32.241.65.68

- Philippe van Bastelaer, administrateur de l'ONA

Voir la fiche anglaise

Retour à la liste des articles

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS!