logo BrailleNet

9e Forum européen de l'accessibilité numérique :
Le numérique pour un meilleur accès à la connaissance

8/06/2015, 9h-18h
Cité des sciences et de l'industrie - Universcience - Paris

 
  English version

Description générale

Intervenants

Comité de Programme

Dossier de Presse

Le colloque en bref

Organisé par l'association BrailleNet, ce 9ème Forum européen de l’accessibilité numérique a accueilli plus de 250 participants venus du monde entier. Le thème de cette édition, le numérique pour un meilleur accès à la connaissance, a été valorisé, vulgarisé, et débattu lors d'interventions de haut-niveau. Il s'est clôturé par un discours d'Axelle Lemaire, Secrétaire d'Etat au Numérique, qui a annoncé la signature d'une convention avec BrailleNet pour favoriser l'accès au numérique des personnes en situation de handicap, mais aussi la signature d'une charte avec des écoles d'enseignement numérique, pour intégrer l'accessibilité numérique dans leur apprentissage.

Les moments importants du Forum ont été relayé sur les réseaux sociaux et résumés dans un Storify du 9ème Forum européen de l'accessibilité numérique.

A cette occasion, BrailleNet a co-édité avec G3ICT (Global Initiative for Inclusive Information and Communication Technologies) son quatrième White Paper intitulé "User-driven eAccessibility", inspiré par le Forum 2014. Ce document est téléchargeable sur le site BrailleNet (en anglais, 3,2Mo, PDF). Consultez l'Album Photo du colloque (En cas d'utilisation de ces photos, merci d'indiquer Crédits photo Romain Grésillon)

Introduction

L’accès à la connaissance au sens le plus général est une des clés du développement économique et social. Il participe de l'autonomie et de l'inclusion des individus dans la société. Il façonne l'identité collective.

La production de connaissances, leur diffusion et leur acquisition dans la société de l'information jouent un rôle central dans la croissance économique et déterminent la capacité d’une société à inventer et produire des biens et des services de qualité.

Aussi les obstacles dans la possibilité d’accéder et d'utiliser la connaissance sont un frein au développement d’une société inclusive et une source importante d'inégalités. En dépit des progrès grâce aux technologies d'assistance, et aux standards d'accessibilité élaborés par des organismes tels que W3C, IDPF ou DAISY, les personnes handicapées sont exposées à ce risque d'exclusion, dans le cadre éducatif en particulier.

La question de l’accès par les personnes handicapées aux outils de production, de diffusion et d’acquisition des connaissances revêt donc une importance cruciale dans la société moderne. Y répondre nécessite l'implication d'acteurs publics et privés et met en jeu un grand nombre de domaines de compétences : sciences de l'éducation, édition, bibliothéconomie, informatique, etc. Traiter le besoin d'accès pour tous à la connaissance révèle ainsi nos capacités à résoudre des problèmes recouvrant des enjeux sociétaux, techniques et économiques.

À condition d’être utilisées de façon appropriée, les TIC rendent cet accès possible. Le 9ème Forum européen de l’accessibilité numérique en a apporté une démonstration concrète en présentant des services, des projets innovants et des pistes pour améliorer l'accès à la connaissance, au travers des thématiques suivantes:

NB : Ce colloque était organisé à l’occasion de la Réunion du Consortium Daisy à Paris les 9, 10 et 11 Juin 2015. Il visait à encourager les échanges de bonnes pratiques entre les acteurs intéressés à faire progresser l'accessibilité à tous de la connaissance : universités, entreprises, sociétés d'édition, collectivités, associations, ...

Monsieur Thorbjørn JAGLAND, Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, a adressé un message écrit aux participants du colloque, occasion de rappeler que le Conseil de l'Europe a adopté le 5 avril 2006 pour la période 2006-2015 un "Plan d'Action pour la promotion des droits et de la pleine participation des personnes handicapées à la société: améliorer la qualité de vie des personnes handicapées en Europe". Lire la version intégrale du Plan d'Action ou la version "facile à lire"

Conférenciers

Numérique, donc accessible: dernières avancées en termes de création et d’usage d’images accessibles.

par Betsy BEAUMON, Vice-Présidente et Administratrice du Global Literacy Program à Benetech

Le Centre DIAGRAM (Digital Image and Graphic Resources for Accessible Materials) est une initiative du programme Global Literacy de Benetech. Il met à disposition des outils et des standards, et œuvre à rendre des images complexes, issues d’ouvrages scientifiques ou mathématiques, accessibles aux personnes empêchées de lire.

Nous sommes aujourd’hui à une période charnière de l’industrie de l’édition : tous les contenus nés sous forme numérique peuvent d’emblée être accessibles. De grands éditeurs internationaux, dont Elsevier, Pearson et beaucoup d’autres, se saisissent de cette opportunité en plaçant l’accessibilité comme une composante importante de leurs biens numériques. Quels sont les nouveaux standards et les nouvelles ressources disponibles au service des créateurs de contenus éducatifs, afin de les accompagner dans leur démarche d’accessibilité ? Cette présentation fera état des dernières recherches et des outils développés dans le cadre du partenariat entre Benetech, the U.S. Fund for DAISY et le National Center for Accessible Media (NCAM).

 

 photo de Betsy Beaumon

Betsy BEAUMON est Vice-Présidente et Administratrice du programme Global Literacy à Benetech, un organisme à but non lucratif situé dans la Silicon Valley, qui vise à mettre les technologies au service de l’homme. Sa principale activité à vocation sociale est Bookshare, une bibliothèque numérique au service de plus de 300 000 personnes empêchées de lire. Elle dirige également Route 66 Literacy, un service pour lecteurs adolescents et adultes en apprentissage, ainsi que le Centre DIAGRAM, organisme de recherche et développement sur l’accessibilité des images et des mathématiques. Diplômée en électrotechnique (Bachelor of Science in Electrical Engineering), elle est co-fondatrice de deux sociétés de services et d’ingénierie en informatique. Elle est également membre du consortium international DAISY et est membre du comité consultatif du National Center on Accessible Instructional Materials.

 

Accessibilité des contenus scientifiques : enjeux et perspectives.

par Alex BERNIER, Directeur Technique, BrailleNet

Peu de contenus scientifiques sont aujourd'hui accessibles aux personnes empêchées de lire du fait d'un handicap. Garantir cet accès est pourtant capital, car c'est l'une des conditions de l'égalité des chances, notamment dans le domaine de l'éducation et de l'emploi. La culture scientifique est aussi et surtout utile pour le plein exercice de la citoyenneté de chacun, parce qu'elle peut alimenter avec profit des réflexions politiques, économiques ou sociétales. L'essor du numérique, notamment dans l'édition, permet aujourd'hui d'envisager une amélioration significative des ressources scientifiques, qu'elles soient spécialisées ou destinées au grand public.

La difficulté de rendre accessible des documents scientifiques est principalement liée à leur complexité, tant sur la forme que sur le fond. L'ensemble des processus, de la production à la restitution en passant par la diffusion de ces documents, s'en trouvent affectés et leur réalisation implique de résoudre des problèmes de natures différentes :
- Techniques, car même si l'accessibilité est intégrée dans les nouveaux formats (DAISY, EPUB, EDUPUB, MathML, etc.), les outils permettant de tirer pleinement partie de ces standards manquent encore;
- Organisationnels, parce que la production de ces documents accessibles met en jeu des compétences variées et pluridisciplinaires impliquant souvent l'intervention de plusieurs personnes;
- Économiques et sociaux enfin, car le nombre de bénéficiaires peut paraître faible, en regard des coûts de production élevés de ces contenus accessibles.

Alex fera le point sur les solutions actuellement disponibles pour rendre la science plus accessible aux personnes empêchées de lire ainsi que sur les verrous qui restent à lever afin de donner un meilleur accès à ce domaine de la connaissance.

 photo de Alex Bernier

Alex BERNIER est directeur technique de l'association BrailleNet. Il est ingénieur en informatique de l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Rennes. Il a travaillé sur divers projets liés aux livres et aux bibliothèques numériques. Il est notamment responsable de la Bibliothèque Numérique Francophone Accessible (BNFA) et d'un projet de recherche et développement visant à améliorer l'accessibilité des documents scientifiques et techniques pour les personnes déficientes visuelles.

 

Apprendre…oui mais comment ? Apports des approches multisensorielles et de nouvelles technologies

Par Edouard GENTAZ, Professeur de psychologie du développement à l’Université de Genève

Le premier objectif sera de présenter les différentes formes d’apprentissage utilisées par les humains durant leur développement : associations/conditionnements ; observation/imitation ; habituation ; instruction/médiation. Le second objectif consistera à montrer comment les approches multisensorielles, intégrant ou non de nouvelles technologies, peuvent favoriser les apprentissages fondamentaux, comme la lecture, l’écriture, ou la géométrie.

 photo de Edouard Gentaz

Dr Edouard GENTAZ est professeur en psychologie du développement à la faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de Genève, en Suisse, et directeur de recherche au laboratoire de psychologie et neurocognition du CNRS à Grenoble. Ses recherches portent plus particulièrement sur le développement des capacités sensitives, motrices et cognitives auprès des personnes aveugles ou auprès de populations spécifiques. Il est l'auteur et co-auteur de plus de 80 articles parus dans des journaux et publications scientifiques.

 

De l'usage du numérique au service des enfants en situation de handicap scolaire

Par Hervé GLASEL, Neuropsychologue et directeur des écoles du CERENE

 

 photo de Hervé Glasel

Neuropsychologue, fondateur des écoles du CERENE, Hervé GLASEL est spécialiste du développement de l'enfant et de l'adolescent. Scientifique de formation, polytechnicien, il est passionné par les sciences cognitives, le dépistage et la prise en charge des troubles des apprentissages. Outre une pratique clinique au sein du Centre de Référence pour l'Évaluation Neuropsychologique de l'enfant (CERENE), il dirige aujourd'hui les écoles du CERENE, dédiées aux enfants « dys » (dyslexiques, dyscalculiques, dyspraxiques, etc.), où il applique ses connaissances acquises en sciences cognitives dans le domaine de l'enseignement.

 

La carotte et le bâton: une stratégie législative et judiciaire pour rendre l’éducation post-secondaire américaine e-accessible.

Par Daniel GOLDSTEIN, avocat au cabinet Brown, Goldstein & Levy

En 2011, la US Authors Guild a lancé des poursuites contre le HathiTrust, alléguant que la numérisation de masse des collections de bibliothèques constituait une violation des droits d'auteurs. A la défense, la National Federation for the Blind, représentée par Dan, ainsi que des chercheurs aveugles, qui ont réussi à obtenir du tribunal de statuer sur l'autorisation de la fabrication et de la distribution de contenus protégés dans le cadre d'un usage par des personnes empêchées de lire.

Dan présentera les implications de l'affaire HathiTrust et les avancées législatives et judiciaires visant à rendre les contenus et les technologies d'apprentissage accessibles par défaut. Il se penchera ensuite sur ce qui doit être entrepris pour surmonter les obstacles encore rencontrés par les étudiants handicapés dans leur apprentissage.

 photo de Daniel Goldstein Daniel GOLDSTEIN est avocat au cabinet Brown, Goldstein & Levy basé à Baltimore dans l’Etat du Maryland. Son implication dans le domaine du droit des personnes handicapées a débuté il y a près de 25 ans à la demande de la National Federation of the Blind (NFB). Après avoir conclus des accords avec Apple, Ebay, Ticketmaster, et Amazon sur l’accessibilité de leurs sites web, il a soutenu en février 2009 la création de la Reading Rights Coalition (RCC) qui réunit plus de 30 organisations représentant les personnes empêchées de lire. L’objectif de la RCC était alors de rendre accessibles des contenus, applications et appareils de lecture numérique. Dans ce cadre, Dan représentait la NFB dans un procès contre l’Université d’Arizona et son programme pilote Kindle. Il a également déposé des plaintes avec le Department of Justice au nom de la NFB et de la RCC à l’encontre de cinq autres écoles intégrant des programmes similaires. Depuis, Dan et les membres de son cabinet ont participé à la conclusion d’accords avec l’Université de Floride, de Pennsylvanie, du Montana et le Maricopa Community College, afin de rendre accessibles leurs contenus universitaires en ligne et leurs technologies d’enseignement.

 

Mise en œuvre d'une stratégie législative: L'accessibilité de l'édition numérique dans le cadre légal et au-delà.

Par George KERSCHER, Secrétaire Général du Consortium DAISY.

Cette présentation fera suite à celle de Daniel Goldstein "La carotte et le bâton: une stratégie législative et judiciaire pour rendre l’éducation post-secondaire américaine e-accessible." George discutera les points suivants : Réponse technique et stratégique de DAISY aux obligations légales. Comment le Consortium DAISY, depuis sa création en 1996, a encouragé la mise en œuvre de l'accessibilité numérique dans le cadre légal et au-delà ? Comment combler le fossé entre les obligations et la pratique ? Quelles sont les mesures concrètes quie DAISY et ses membres peuvent prendre pour résoudre les problèmes aux quels les étudiants handicapés sont encore confrontés dans l'enseignement comme Daniel Goldstein l'aura rappelé dans sa présentation ?

 photo de George Kerscher  

George KERSCHER est Secrétaire Général du Consortium DAISY, Senior Officier of Accessible Information au sein de Learning Ally, Président de l'International Digital Publishing Forum (IDPF), Président du conseil d’administration de l’Open eBook Forum (OeBF), et co-Président du conseil de direction de la Web Accessibility Initiative (WAI).

George est à l’initiative du terme « print disabled » (empêché de lire), qui définit les personnes dans l’incapacité de lire l’imprimé en raison d’un handicap visuel, physique, mental, cognitif ou de difficultés de perception ou d’apprentissage. Il défend l’idée que, dans notre société de l’information, l’accès à l’information constitue un droit humain fondamental. Il est également convaincu que des systèmes d’information bien conçus peuvent rendre les informations accessibles à tous. Il y travaille ardemment et tâche de faire évoluer les nouvelles technologies dans ce sens.

 

Aider les enfants dyspraxiques à l’école

Caroline Huron, psychiatre, chercheuse en sciences cognitives, Collège de France

La dyspraxie perturbe la coordination des gestes. Les enfants dyspraxiques ont une écriture manuscrite non fonctionnelle, ce qui les handicape considérablement à l’école où une grande partie des activités scolaires repose sur l’écriture manuscrite. Pour permettre aux enfants dyspraxiques de développer tout leur potentiel scolaire, il est donc nécessaire de compenser le déficit d’écriture manuscrite. Nous proposons une approche qui a pour objectif de changer l’environnement plutôt que de chercher à changer l’enfant. Nous présenterons les ressources proposées en libre accès sur le site du Cartable Fantastique qui permettent de contourner les difficultés d’écriture manuscrite mais aussi les troubles d’organisation du regard présentés par ces enfants.

 photo de Caroline Huron Caroline HURON est psychiatre, chercheuse en sciences cognitives dans le laboratoire de Stanislas Dehaene. Elle développe une approche de la dyspraxie qui va de la recherche fondamentale en laboratoire à la salle de classe..

 

"L’Accessibilité Numérique pour Apprendre", programme d’investissement du CNED et du FIPHFP

par Jean MILLERAT, Centre National d’Enseignement à Distance(France)

Le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) se transforme en établissement numérique d’apprentissage, connecté à ses apprenants 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Pour cela, il mène, avec le soutien du Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP), un programme d’investissement : « L’Accessibilité Numérique Pour Apprendre ». Ce programme offre des solutions numériques d’accès à la connaissance pour trois publics :

- Pour les 1100 enseignants du CNED en situation de handicap, leur permettre de se maintenir dans l’emploi et d’accéder aux nouveaux métiers de l’enseignement à distance,

- Pour les 230 000 apprenants inscrits au CNED, accéder sans obstacle à toutes les nouvelles offres de formation à distance dispensées par l’établissement,

-   Pour les millions d’élèves scolarisés en France, pour les agents de la fonction publique et pour les usagers des administrations, offrir des modes numériques d’accès universel aux apprentissages.

 photo de Jean Millerat Jean MILLERAT, 40 ans, a  une formation initiale d’ingénieur (Centrale Lille). Après une première création de start-up, il développe ses compétences de management et de direction de projets technologiques au sein de la direction des systèmes d’informations du groupe de distribution et de matériaux de construction Saint-Gobain. Il poursuit dans l’innovation numérique en  rejoignant les laboratoires de l’équipementier en télécommunications Motorola en tant que responsable des activités françaises de recherche appliquée en intelligence artificielle et apprentissage automatisé. Puis il quitte le salariat pour créer une entreprise numérique à finalité sociale qui développe en France le mécénat de compétences des sociétés de services informatiques au service d’associations de solidarité et d’intérêt général, en particulier dans le domaine du handicap et de l’éducation. C’est en 2012 qu’il rejoint le Centre National d’Enseignement à Distance en qualité de directeur de l’innovation et qu’il y lance le programme d’investissement « L’Accessibilité Numérique pour Apprendre »
 photo de FredericVinzent Frédéric VINZENT est consultant web depuis 14 ans. Il a occupé pendant 11 ans un poste d'ingénieur d'application en biologie médicale avant de se reconvertir dans la conception et la gestion de projet web. Après 5 ans en agence multimédia, puis 6 ans au sein du groupe Jouve, il rejoint Alter Way en 2013 pour des missions d'AMOA et de conception éditoriale et ergonomique. Il est prend actuellement en charge la mission d'AMOA et d'accompagnement au changement visant à mettre en place les règles d'accessibilité au sein des équipes, des projets et des processus du CNED.

 

EPUB 3 accessibles et numérisation de masse : retour d’expérience de la Bibliothèque nationale de France

Par Jean-Philippe Moreux, Bibliothèque Nationale de France

En 2013, la BnF choisissait le format EPUB 3 dans le cadre de ses programmes de numérisation de masse. Fin 2014, les premiers livres numériques accessibles étaient produits. Quels enseignements tirer de ce projet pilote ? Quels retours d’expérience en matière d’accessibilité aux contenus numérisés ?

 photo de Jean-Philippe Moreux

Jean-Philippe MOREUX est l’expert OCR et formats éditoriaux du service de la numérisation de la BnF (Bibliothèque nationale de France). Il travaille sur tous les programmes de numérisation patrimoniale de la BnF. A ce titre, il participe notamment aux actions de production de livres numériques, ainsi qu’aux projets de recherche dont la bibliothèque est partenaire. Il est membre des boards ALTO et METS. Ingénieur de formation, il a été chef de projet dans une SSII, éditeur scientifique et consultant (ingénierie éditoriale, édition numérique).

 

La technologie peut-elle remplacer l'assistance humaine aux étudiants passant leurs examens ?

Par Paul NISBET, Université d'Edimbourg

Plus de 10% des candidats aux examens en Écosse ont besoin d'une assistance pour pouvoir accéder aux énoncés donnés sous forme imprimée et pour rédiger leurs réponses, et dans des milliers d'épreuves, un préposé lit les questions au candidat et transcrit les réponses que ce dernier lui dicte . Cette pratique soulève des questions quant à l'indépendance de l'étudiant et représente une somme de travail considérable.

En 2008, l'Autorité de Qualification Ecossaise (Scottish Qualifications Authority, SQA) introduisit le numérique pour distribuer les énoncés afin qu'ils puissent être lus par synthèse de parole, avec des «champs de réponse» pour que les candidats y saisissent leurs réponses. Cette technique a connu un grand succès et plus de la moitié des écoles en Écosse l'utilisent à présent.

Les examens numériques bénéficient à des candidats présentant un large éventail de handicaps, ayant des difficultés motrices, dyslexiques ou déficients visuels, notamment.

Cette présentation explorera les avantages et les limites des examens numériques du points de vue des candidats, des écoles et des examinateurs.

 photo de Paul Nisbet

Paul NISBET est coordonnateur du programme CALL Scotland, à l'Université d'Edimbourg. CALL Scotland (Communication, Access, Literacy and Learning) est le centre écossais d'excellence chargé de l'application des TIC pour le soutien aux élèves ayant des besoins spécifiques supplémentaires. CALL est financé par le gouvernement écossais ainsi que par de l'expertise et des contrats.

Paul est un membre du service CALL d'évaluation et de soutien aux élèves. Il est en particulier responsable des technologies d'aassistance pour les élèves ayant un handicap moteur; et pour les étudiants dyslexiques ou ayant des difficultés d'apprentissage.

Paul a également conduit des projets nationaux pour l'éducation spécialisée.

En 2010, Paul a reçu la Médaille de l'Université d'Édimbourg Principal's Medal, en reconnaissance de son travail.

 

Mise en oeuvre des bonnes pratiques d'accessibilité pour les publics handicapés au British Museum

Par Jane SAMUELS, Responsable accessibilité, British Museum

La présentation de Jane Samuels mettra l'accent sur l'accès au British Museum pour les publics handicapés. Au cours de sa présentation, elle exposera brièvement  les principales motivations pour rendre un musée accessible et donnera des exemples l'apport des technologies numériques dans cette entreprise.

photo de Jane Samuels Jane SAMUELS est responsable du programme Access and Equality (Accès et Egalité) au British Museum depuis douze années. Elle collabore avec et conseille les différents départements du musée sur les questions de l'accès pour les publics ayant un handicap intellectuel, sensoriel ou physique. Auparavant, Jane a travaillé comme directeur "Access and Learning" à Turtle Key Arts, un organisme de bienfaisance situé à Londres, dont la mission est de favoriser l'accès à l'art des personnes handicapées. A ce poste, elle a établi des partenariats avec de nombreuses institutions culturelles de Londres, parmi les quelles : Sadler’s Wells, le Royal Opera House and la Gallery Serpentine. Jane enseigne dans le cadre d'une maîtrise d'art à l'Institut de l'Education de l'University College de Londres, où elle a aussi obtenu sa maîtrise d'art spécialisée musées et enseignement .

 

Mathématiques accessibles: où en est-on ?

Par Neil SOIFFER, Responsable scientifique de Design Science

Des avancées considérables ont été réalisées ces dernières années pour rendre les équations mathématiques accessibles sur le web et sur d’autres supports. Si vous êtes équipé d’un appareil Apple (Mac, iPad ou iPhone), VoiceOver dans Safari pourra lire l’équation. Si vous avez un Android ou utilisez le navigateur Chrome sur un ordinateur, ChromeVox pourra le faire également. Sur Windows, les équations peuvent être lues grâce à JAWS 16 dans Internet Explorer. C’est également le cas grâce à MathPlayer 4 en combinaison avec NVDA, ou d’autres technologies d’assistance qui rendent les équations accessibles dans la plupart des navigateurs et dans Office (Word et PowerPoint).

La plupart de ces solutions prennent en charge la synthèse vocale des expressions mathématiques, avec une mise en évidence visuelle synchrone de ce qui est lu, et la navigation interactive par clavier. La saisie et l’édition d’équations sont moins développées mais des solutions existent. Cette présentation laissera place à des démonstrations et évoquera les forces et les limites de la plupart de ces solutions.

 photo de Neil Soiffer

Dr. Neil SOIFFER a obtenu un doctorat en informatique à l’Université de Californie, à Berkeley. Il a été membre du laboratoire de recherche en informatique Tektronix au sein duquel il a créé des systèmes de calcul en mathématiques expérimentales, des éditeurs d’équations et des outils de systèmes embarqués. Il a ensuite intégré Wolfram Research, où il a été responsable d’interfaces utilisateurs intégrées à Mathematica, telles qu’un outil d’édition WYSIWYG et de programmabilté de interface notebook de Mathematica. En 2003, il a rejoint Design Science où il a travaillé à l’accessibilité des mathématiques dans le plug-in MathPlayer sur Internet Explorer. Il a été l’un des principaux architectes du MathML et est encore aujourd’hui très impliqué dans la prise en compte des mathématiques dans le W3C.

 

Le projet Chem Access - des images bitmap aux  diagrammes de chimie totalement accessibles.

par Volker SORGE, maître de conférences à l’école d’informatique de l’Université de Birmingham 

Les diagrammes sont un moyen important de transmettre de l'information aux étudiants en chimie et en sciences de la vie, et ce dès l’enseignement secondaire. Cependant, même dans les supports d'enseignement numériques, les diagrammes sont généralement donnés sous la forme d'images traditionnelles, de sorte qu’ils restent inaccessibles pour les étudiants handicapés visuels.
Le projet ChemAccess a pour objectif de  fournir un ensemble complet de solutions pour rendre ces diagrammes accessibles sur le Web, en utilisant des techniques de vision artificielle qui permettront de reconnaître les diagrammes et d’en faire l’analyse sémantique afin de les  régénérer dans un format approprié, compatible avec technologies d'assistance. Nous fournissons des logiciels permettant d’explorer les diagrammes par étapes et sur différents niveaux, d’obtenir  un rendu sonore des composants individuels, avec la possibilité de mettre en évidence et d’agrandir, afin d'aider les lecteurs ayant des difficultés visuelles ou d’apprentissage.
La technologie qui sera présentée repose sur des standards ouverts, compatible avec de nombreuses  plates-formes informatiques, navigateurs et lecteurs d'écran. Elle peut s’appliquer aux diagrammes d'autres disciplines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques.

 photo de Volket Sorge Le Dr. Volker SORGE est maître de conférences à l’école d’informatique de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni. Il dirige le Groupe d'analyse des documents scientifiques, travaillant principalement sur l'analyse des documents mathématiques, la reconnaissance de diagramme et reconnaissance de l'écriture manuscrite au tableau blanc. Comme application de ce travail, il s’est consacré à rendre les contenus scientifiques plus accessibles, par exemple, dans le contexte de la bibliothèque numérique mathématique européenne (European Digital Maths Library), en travaillant comme chercheur invité avec Google sur l'intégration des mathématiques dans ChromeVox et, plus récemment, en exploitant la reconnaissance d'image pour  générer des diagrammes de chimie accessibles.

 

Le droit d'accéder aux contenus de sa bibliothèque dans sa propre langue, y compris la Langue des Signes

By Riitta VIVOLIN-KAREN, Association finlandaise des Sourds

Les personnes pratiquant principalement la Langue des Signes ont un accès très limité aux contenus des les bibliothèques publiques, dans leur propre langue. La bibliothèque numérique en langue des signes de Finlande a été mis en place pour remédier à cette situation. Cette bibliothèque en ligne a été lancée officiellement le 30 Octobre 2014, avec un contenu de 250 vidéos en langue des signes, et ce nombre est en augmentation constante (www.viittomakielinenkirjasto.fi). La plupart des vidéos sont complétées par une voix-off et des sous-titres. L'Association finlandaise des sourds administre cette bibliothèque qui est financée par le ministère de l'Éducation et de la Culture. Cette présentation expliquera comment la bibliothèque en ligne a été conçu et construite, les retours d'utilisation qui ont été reçus depuis son lancement, et ses ambitions pour l'avenir.

photo de Riitta VIVOLIN-KAREN Riitta VIVOLIN-KAREN est coordinatrice de la bibliothèque numérique en Langue des Signes de l'Association des Sourds de Finlande. Depuis 1982, elle a participé à différents projets concernant la Langue des Signes, le lobbying, et la communication en réseau. Elle a une longue expérience de l'enseignement en Langue des Signes à des immigrants malentendants, ainsi qu'à des étudiants entendants de licence. Elle a participé à la mise au point d'examens en Langue des Signes (niveaux L1, L2). Elle a une maîtrise en Langue des Signes de l'université de Jyväskylä, ainsi qu'un diplôme d'interprète en Langue des Signes de l'université humaniste de sciences appliquées (HUMAK).

 

Comité de programme

Dossier de presse

Le dossier de presse de l'évènement est disponible en téléchargement

Inscriptions au titre de la formation professionnelle

La participation à cette journée est élligible au titre de la formation professionnelle. Braillenet est un organisme de formation agréé (N° de déclaration d'activité : 11753341875)

Tarifs

LibelléPrix
Entreprise / Administration / Company /Association210 €
BrailleNet affiliation : BNET /GTA/CFPSAA/CFHE 160 €
Etudiant/Student - En recherche d'emploi / Looking for a job - Accompagnant / Companion50 €
Toute inscription reçue au-delà du 27 mai / Registration after 27 May240 €

Plus d'informations :

Aide - Plan du site - Contactez-nous
Valid XHTML 1.0 TransitionalCSS Valide !