Coûts et bénéfices de l’accessibilité numérique

5e Forum Européen de l'Accessibilité Numérique

28/03/2011, 9h - 18h
Cité des Sciences et de l'Industrie - 30 Avenue Corentin Cariou 75019 - Paris, France

 
  English version
Version imprimable

Intégrer l'accessibilité dès le début : Une approche pragmatique pour la conception de biens et services accessibles

Kiran Kaja (Royaume-Uni)
Adobe
kkaja (at) adobe.com

Information sur l'auteur


photo Kiran Kaja

Kiran Kaja travaille pour l'équipe d'accessibilité d'Adobe à Londres. Il est impliqué dans les initiatives européennes de mise en place de référentiels et de politiques pour l'accessibilité au nom d'Abobe. Kiran a une bonne perspective sur les problèmes d'accessibilité du point de vue des usagers étant aveugle lui-même et ayant occupé différents postes dans le domaine de l'accessibilité.

 

Résumé


Avertissement : Les articles résumés de cette conférence ont été préparés par BrailleNet qui en assume la pleine responsabilité. En revanche, les supports de présentation (articles longs ou transparents) ont été fournis par les auteurs eux-mêmes.

Le plus grand problème pour les utilisateurs des technologies de l’accessibilité est le fait que l’accessibilité ou les supports pour les technologies d’accessibilité sont toujours une des dernières choses prises en compte dans la conception des produits et des services. Or, les retours en arrière sont toujours très coûteux. Incorporer l’accessibilité dès les premiers moments de la conception d’un produit est donc un objectif essentiel.

Un tel objectif implique auparavant un changement de perspectives et surtout la prise en compte de la situation actuelle de manière pragmatique.

Tout d’abord, il faut reconnaître l’existence d’un problème majeur de sensibilisation au sujet des contraintes liées à l’accessibilité. Peu de gens sont véritablement au courant de ce qu’il doivent faire, pour rendre leurs produits accessibles aux personnes ayant un handicap, ou pourquoi ils doivent le faire.

Il y a ensuite un nombre important de conceptions fallacieuses comme l’idée selon laquelle le retour sur investissement de l’accessibilité est faible. Par exemple, le fait que les personnes intéressées par l'utilisation du logiciel Mobile Speak sur leur téléphone portable, ou par un logiciel lecteur d’écran, ne constituent pas plus de 1.2% du marché concerné tend à rendre l’argument marketing de l’e-accessibilité assez fragile. Aussi, à moins d’un Big Bang tel qu’un bouleversement législatif ou une campagne de relations publiques massive (donc coûteuse), les entreprises et les institutions continueront à ne pas s'intéresser à l'accessibilité.

Comment améliorer la situation ? Il faut identifier et anticiper tous les groupes d’usagers potentiels. Cela implique de considérer véritablement tous les usages potentiels – non pas seulement ceux des les personnes handicapées - et d’identifier les besoins communs liés à tous usages. Par exemple les séries 40 et 60 des téléphones Nokia  ont une fonctionnalité de vocalisation de l’identité de l’appelant. Cela pourrait être considéré comme une fonction d’accessibilité pour les personnes aveugles. Or les voyants en profitent tout autant, sans se rendre compte qu’il s’agit d’une avancée majeure pour les personnes qui ne peuvent pas lire les écrans. La même chose peut être dite au sujet du téléphone Blackberry qui offre plusieurs applications permettant de lire des parties des messages entrants de manière à ce que vous n’ayez pas à lire l’écran quand vous conduisez votre voiture.

Ces développements technologiques soulignent le fait que l’e-accessibilité doit être considérée comme une question qui concerne tout le monde et non pas exclusivement les personnes handicapées. Une telle perspective est essentielle à l’objectif d’intégrer l’accessibilité dès les premières étapes de tout projet. Aussi Adobe cherche-t-il à proposer dans tous ses produits des moyens de rendre les documents accessibles de manière native.

Documents



Retour à la liste des articles
Aide - Plan du site - Contactez-nous