logo de l'Institut de l'Accessibilité Numérique

6e Forum Européen de l'Accessibilité Numérique :

Placer l’accessibilité numérique au cœur des systèmes d’information

26/03/2012, 9h-18h
Cité des sciences et de l'industrie, Paris

 
  English version
Version imprimable

Rendre les systèmes d’informations urbains accessibles à des personnes handicapées

Jacques Lemordant (Grenoble, France)
INRIA
-

Information sur l'auteur


Jacques Lemordant photo

Jacques Lemordant est chercheur dans l'équipe du projet WAM (UJF-INRIA-LIG) à l'INRIA. Depuis 2007 il travaille dans le cadre du projet Autonomie dont l’objectif est de faciliter les déplacements des personnes déficientes visuelles, à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments, et leur accès aux transports publics. Le projet réunit des organismes de transports publics, des entreprises et des organismes de recherche. Il se poursuivra pendant la période 2011-2014 dans le cadre du projet européen de la VENTURI (immersiVe ENhancemenT of User-woRld Interactions).

 

Résumé


Avertissement : Les articles résumés de cette conférence ont été préparés par BrailleNet qui en assume la pleine responsabilité. En revanche, les supports de présentation (articles longs ou transparents) ont été fournis par les auteurs eux-mêmes. Ils contiennent davantage de détails, davantage de liens que le résumé ci-dessous. La vidéo, enfin, propose la présentation complète, telle qu'elle a été prononcée lors du forum.

Jacques Lemordant a décrit les technologies du Web et celles disponibles sur les téléphones mobiles utilisées pour rendre les systèmes d’information urbaine accessibles à des personnes handicapées et leur permettre de mieux vivre dans leur ville. Il a évoqué les possibilités technologiques de création des environnements de Réalité Augmentée intégrés aux systèmes d’information qui nous entourent.



Le mouvement OpenData, illustré par OpenStreetMap, les capteurs MEMS dans les téléphones portables  (accéléromètres, magnétomètres, gyroscopes), les technologies de réalité augmentée, le Web et l’augmentation de la puissance des téléphones mobiles  ont produit un changement dans notre façon de penser une ville accessible : nous sommes capables aujourd’hui de construire des systèmes de navigation pour piétons, efficaces en termes d’énergie, incorporant des requêtes sur les systèmes d'information en temps réel, systèmes offerts par les entreprises qui conduisent et établissent les systèmes de transport et par des ensembles de données géographiques collaboratifs. Accéder de n'importe où et n'importe quand à ces deux types d'informations, conjuguées à de nouvelles façons d'interagir avec les systèmes d'information, est ce qui permet la mise en place de la navigation autonome accessible.

La prochaine génération des systèmes de navigation pour piétons

Les systèmes de navigation GPS, lorsqu'ils sont utilisés dans un environnement urbain, sont limités en précision et uniquement capables de donner des instructions au niveau de la rue et non du trottoir. Cela ne signifie pas qu'ils ne sont pas utiles, même pour les personnes ayant une déficience visuelle, comme le prouvent, par exemple, les produits Kapten ou Sendero. Le GPS permet non seulement l'orientation le long des routes, mais aussi un mode lookaround comprenant les points d'intérêt (POI). Ceci est permis par le fait que la technologie GPS fournit un positionnement absolu. Mais le GPS est limité à la navigation de plein air et exige un système délicat de transition lors du passage à un autre système de positionnement pour permettre la navigation intérieure.

La nouvelle génération de navigation urbaine piétonne sera basée sur l'unité de mesure inertielle (UMI) et se déroulera sur le téléphone mobile avec à bord des données géographiques et un moteur de routage. Notre système de navigation basé sur un prototype IMU fonctionnant sur l'iPhone est appelé IXE. Il démontre que la précision au pas près est réalisable, l'orientation se faisant grâce à une combinaison d'instructions vocales spatialisées et d’audio 3D.

Voir cette vidéo montrant IXE en action devant la gare de Grenoble:
http://www.youtube.com/watch?v=h2b8yfCauZ8


Avec l’IXE, la distinction entre intérieur et extérieur a disparu puisqu’un moteur de localisation basé sur IMU peut fonctionner aussi bien à l'intérieur  qu’à l'extérieur du moment qu’un graphe de navigation est fourni. La navigation basée sur l’IMU peut être qualifiée de macro-navigation. L'une de ses caractéristiques principales est de permettre l'orientation le long des routes et non pas dans un mode lookaround. Nous sommes actuellement en train de coupler l’IXE avec un mode lookaround GPS, ce qui permettra la récupération des points de contrôle sur les routes lorsque le processus de navigation à l’estime s’interrompt pour une raison ou pour une autre.

Interrogation de l'environnement

Mobile Geo, une solution GPS accessible pour les mobiles  proposée par Code Factory et Sendero, en plus des critères de recherche traditionnels tels que le nom, la rue, la ville, et l'adresse web, vous permet de rechercher des points d'intérêts. Peut-on pousser cette caractéristique un peu plus loin en utilisant des concepts de réalité augmentée comme montré dans la vidéo ci-dessous?

Une autre caractéristique de l’IXE est de permettre à des requêtes sur les informations de bus en temps réel et sur mesure grâce à des données géographiques embarquées. Les requêtes sur les données géographiques, les nodes ou les POIs, les trajets et les relations sont prédéfinis de manière à favoriser l'efficacité et la qualité de l'information. Nous avons utilisé les technologies de réalité augmentée produites à partir d'un projet appelé « Grenoble, ville augmentée. »

Voir cette vidéo montrant des requêtes en plein air:
http://www.youtube.com/watch?v=GtlU6HopWIU&feature=youtu.be

Les requêtes complexes peuvent être faites à travers la catégorisation à la fois dans le temps, l'espace et le type. Grâce à des capteurs embarqués, il est possible de concevoir des interfaces utilisateurs accessibles. Un mécanisme de file d'attente est mis en place pour prévenir l’accumulation de l'information visuelle et audio.

Nous avons mis en place des requêtes pour trois types d'éléments géographiques: les nœuds, les moyens et les relations. Les requêtes sont faites en utilisant XPath avec des étiquettes ("tag") comme prédicats, un opérateur d’union et des caractères génériques ("wildcard"). Les requêtes sont effectuées directement sur les données géographiques embarquées.

Voir cette vidéo montrant des requêtes complexes à l'intérieur:
http://www.youtube.com/watch?v=vtnsVkFIjfs

Accès en temps réel des données provenant des systèmes de transport.

Les systèmes de transport n'ont pas suivi le mouvement OpenData et l'information qu'ils possèdent n'est pas encore publique. Toutefois, dans certaines villes et à travers des accords spécifiques, les données en temps réel pour le transport par autobus peuvent être consultées par le biais des services Web. La communication de l'information par text2speech aux personnes ayant une déficience visuelle est donc réalisable. Nous l'avons fait à Grenoble. Gares et les aéroports sont les principaux défis lorsque les personnes handicapées doivent effectuer des trajets complexes de longue distance. La billetterie électronique étant la norme, il devrait être possible de fournir en temps réel et de manière personnalisées des informations telles que les numéros de portes d’embarquement ou de plates-formes dans un proche avenir.

Création d'itinéraires et les requêtes en utilisant OpenStreetMap.

En utilisant le concept de micro-format, on peut définir grâce au format OpenStreetMap des réseaux de navigation pour piétons avec une précision au niveau des trottoirs (à l’extérieur) et des couloirs (à l'intérieur des bâtiments). Le gros avantage est qu’au lieu de définir de nouveaux langages XML, il suffit d’utiliser l’éditeur de la norme OpenStreetMap, JOSM, pour produire ces réseaux assez rapidement.
Voir cette vidéo montrant la fabrication de la route la gare de Grenoble (en français)
http://vimeo.com/36536609

IXE (Interactive eXtensible Engines)

IXE, dans sa dernière version, est un système de navigation mobile ne nécessitant aucune infrastructure, configurable pour les piétons, les bicyclettes et les caddies des centres commerciaux. IXE supporte les requêtes sur l'environnement en utilisant une interface de réalité augmentée. En raison de son interface multimodale (audio, haptique, graphique), il est accessible quel que soit le handicap. En utilisant des capteurs embarqués dans les téléphones mobiles pour la localisation au lieu du GPS, IXE est économe en énergie et permet la navigation intérieure et extérieure. Les itinéraires sont facilement personnalisables, car IXE est basé sur l'utilisation des micro-formats OpenStreetMap.

IXE fonctionne sur n'importe quel téléphone mobile et est basé sur les technologies Web. Son cœur est composé de deux moteurs d'où son nom (Interactive eXtensible Engines), l'un pour l'audio et l'autre la navigation "à l'estime", permettant une reconfiguration rapide pour des applications extrêmement variées.

Les domaines d’application de IXE seront:

L'avenir de la navigation piétonne


La micro-navigation s'appuie sur la capacité du logiciel embarqué de créer une plus grande prise de conscience de l'environnement immédiat, en utilisant le suivi basé sur la texture (texture based tracking) ou des algorithmes de vision et en rapportant ces informations à la carte et les données IMU. La micro-navigation comprend : éviter les obstacles, la localisation d'un chemin clair dans les environs immédiats ou à un croisement complexe, trouver des objets et, grâce au positionnement absolu, l’utilisation de repères connus ou de balises. La micro-navigation fonctionne à un niveau de précision de quelques centimètres à l'aide de repères prédéfinis.

La macro-navigation se réfère aux actions nécessaires pour trouver un itinéraire dans un plus grand environnement, non immédiatement perceptible, et se fonde sur des itinéraires piétons soigneusement conçus incorporant des instructions vocales, des orientations, des requêtes audio d'environnement et les instructions IMU entre autres choses. La macro-navigation fonctionne à un niveau de précision d'un pas à l'aide itinéraires soigneusement conçus avec des instructions appariées à la carte.


Il y a une relation de dualité entre les micro et macro-navigations. La micro-navigation est basée sur un système de localisation donnant une position absolue qui permet de calculer une position relative par rapport à l'itinéraire planifié. La macro-navigation est basée sur un système de localisation donnant une position relative qui permet de calculer une position absolue sur la route par un processus appelé map-matching. En conséquence, ces deux types de navigation se complètent et se renforcent mutuellement.

La navigation « globale » est basée sur un système de localisation mondiale absolue, comme le GPS. Sa précision est de quelques mètres si elle est utilisée dans un environnement géographique adéquate dans lequel les données provenant de capteurs externes sont accessibles. Elle peut être utilisée pour amorcer la macro-navigation.

La navigation MMG, c'est à dire l’utilisation conjointe de la micro, de la macro et de la navigation globale , permettra de construire des applications AR plus riches et plus précises dans des domaines tels que les visites du patrimoine culturel, jeux de plein air et l'orientation des personnes handicapées.

Références


IXE est développé par l'équipe du projet WAM (LIG) à l'INRIA Grenoble. Plus d'informations peuvent être trouvées à l'adresse suivante: http://wam.inrialpes.fr

Les principaux contributeurs sont Yohan Lasorsa, David Liodenot, Mathieu Razafinahaso et Jacques Lemordant.

Vidéo

http://www.dailymotion.com/video/xq970m_14-rendre-les-systemes-d-informations-urbains-accessibles-a-des-personnes-handicapees-jacques-lemord_tech

Documents



Retour à la liste des articles
Aide - Plan du site - Contactez-nous