logo de l'Institut de l'Accessibilité Numérique

6e Forum Européen de l'Accessibilité Numérique :

Placer l’accessibilité numérique au cœur des systèmes d’information

26/03/2012, 9h-18h
Cité des sciences et de l'industrie, Paris

 
  English version
Version imprimable

Avant-Propos

Dominique Burger (Paris)
INSERM - BrailleNet - IAN
dominique.burger(at)snv.jussieu.fr

Information sur l'auteur


photo Dominique Burger

Président de l'Association BrailleNet et de l'Institut de l'accessibilité numérique (IAN), Dominique BURGER est est diplômé de l'Ecole Supérieure d'Electricité et titulaire d'un doctorat en Électronique. Il est Ingénieur de Recherche à l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale).

Depuis 1982, ses travaux de recherche portent sur les interfaces non-visuelles, en particulier pour des applications éducatives. Il a participé à plusieurs projets européens en tant que chef de projet scientifique ou coordinateur. Dominique Burger était le coordinateur scientifique de ce 4ème Forum Européen de l'Accessibilité Numérique.

 

Résumé


Ne pas avoir accès à Internet, et plus largement aux contenus numériques, est aujourd’hui un facteur d’exclusion sociale et professionnelle. Ce risque menace en particulier les personnes handicapées qui utilisent des ordinateurs spécifiques, munis de claviers spéciaux, d’afficheurs braille, de souris adaptées, de synthétiseurs de parole, etc. Pour être utilisable sur ces systèmes, l’information numérique doit respecter des règles de conception la rendant réellement « accessible à tous ». C'est le sens même de l'accessibilité numérique et c'est pourquoi cette question est une question civique, au cœur même de la société moderne.

Les nombreuses initiatives des politiques publiques et l’engagement financier des entreprises témoignent de l’attention croissante accordée aujourd’hui à l’accessibilité numérique. Pourtant, cette réussite doit être nuancée. L’accessibilité numérique demeure, aujourd’hui encore, trop régulièrement abordée comme un supplément, considéré comme sans doute nécessaire, mais très coûteux, au développement des systèmes de l’information.

Or, il apparait de plus en plus nettement que cette perspective est un des facteurs des difficultés rencontrées dans le développement de l’accessibilité numérique. Techniquement, tout défaut d’intégration de l’accessibilité dès les premiers moments de la production d’un appareil ou de la mise en place d’un site implique des modifications de conception complexes et coûteuses. Economiquement, limiter la cible de l’accessibilité numérique aux personnes handicapées empêche d’en voir les bénéfices globaux pour la société dans son ensemble. Enfin politiquement, cela revient à oublier qu’aujourd’hui la société est devenue juridiquement responsable du handicap et que, de ce point de vue, l’accessibilité n’est pas une préoccupation marginale pour quelques-uns mais une urgence centrale au bénéfice de tous. Pour toutes ces raisons, mettre l’accessibilité numérique au cœur des systèmes d’information est tout à la fois une nécessité technologique, économique et sociopolitique.

C’est pour cette raison que le thème « Mettre l’accessibilité numérique au cœur des systèmes d’informations » a été chosi par l’Institut de l’accessibilité numérique pour ce 6e Forum européen dont vous lisez maintenant les actes.

Les intervenants de ce forum sont prestigieux et je tiens ici, à les remercier chaleureusement d’avoir accepté d’y participer. Ils développent cette question essentielle de la mise au cœur des systèmes d’informations de l’accessibilité numérique à travers de multiples thématiques : les systèmes d’informations bien sûr, qui sont définis et problématisés (M. Renaud Cornu-Emieux), les stratégies industrielles (MM. Rob Sinclair et Robert Ménard), les standards (M. Shadi Abou-Zahra et la table ronde), les méthodologies (lors d’une table ronde), le livre numérique qui, à travers l’Epub 3, connait actuellement des développements spectaculaires en termes d’accessibilité (Mme Cristina Mussinelli et MM. Markus Gylling et Gerald Schmidt), les téléphones portables (M. Susanna Laurin) et enfin la politique de la ville (M. Jacques Lemordant). Toutes ces contributions sont parcourues par le souci de l’utilisateur (qu’évoque plus nettement et avec optimisme, M. Robin Christopherson) car toutes témoignent de la primauté accordée aux personnes, personnes que ces technologies doivent servir et non asservir.

Cette année, pour la première fois, le Forum Européen s’est tenu officiellement sous l'égide de l’Institut de l’Accessibilité Numérique (IAN), institut que nous avions annoncé et dont les statuts ont été déposés à l'automne, par INRIA, Institut National de recherche en informatique et en automatique, Universcience et l’association BrailleNet. Il est organisé avec plusieurs partenaires scientifiques : INSERM, INRIA, Institut de la Vision et G3ICT, programme des Nations Unies pour la promotion de l'accessibilité numérique.

Je tiens également à remercier tous nos partenaires pour avoir rendu possible ce 6ème forum dont l’intérêt ne se dément pas puisque cette année encore le nombre de participants a établi un nouveau record. Que des remerciements plus particuliers soient enfin adressés à Mme Françoise Bretonneau de la Cité des Sciences, M. Pascal Guitton de l’INRIA et M. Axel Leblois du G3ict, qui nous ont fait l’honneur de bien vouloir prononcer quelques mots de bienvenue à l’ouverture de cette journée.


Retour à la liste des articles
Aide - Plan du site - Contactez-nous