7e Forum Européen de l'Accessibilité Numérique :

Faire de l'e-accessibilité une compétence professionnelle

18 Mars 2013, 9h-18h
Cité des sciences, Paris

 
  English version
Version imprimable

Les évolutions nécessaires du métier de transcripteur adaptateur

Nicolas Eglin (Villeurbannes, France)
Centre technique régional pour la déficience visuelle (CTRDV)
N.EGLIN (at) ctrdv.fr

Information sur l'auteur


Photo Nicolas Eglin

Nicolas Eglin dirige un centre ressources régional en Rhône Alpes. Il est par ailleurs animateur du réseau Soins et Accompagnement en Rhône Alpes pour la déficience visuelle (SARADV), un réseau rassemblant les Services médico-sociaux qui accompagnent plus de 450 jeunes déficients visuels de 0 à 20 ans en Rhône Alpes. Le CTRDV assure les transcriptions et les adaptations nécessaires à la scolarisation de ces jeunes déficients visuels (DAO / DER / Adaptations de livres scolaires).

De formation initiale en communication, diplômé de Sciences Po Paris autour de la Gestion et des Politiques du Handicap, il souhaite développer le travail en réseau la mutualisation d’outils et de pratiques au service des personnes en situation de handicap, particulièrement en faveur de l’accès aux livres adaptés.

 

Résumé


La scolarisation des élèves en situation de handicap, et parmi eux, des élèves aveugles et malvoyants, a beaucoup évolué depuis les 15 dernières années. Nous sommes passés en France d’une scolarisation qui était plutôt cantonnée à des établissements dits « spécialisés », à un accueil au plus près du domicile des familles, au sein de l’école de quartier.

 

Le CTRDV est le lieu de production de l’ensemble des adaptations pour les élèves de la région Rhône-Alpes. Le CTRDV accompagne aujourd’hui plus de 460 élèves malvoyants et non-voyants, du CP au BTS, proposons, selon leurs besoins, des adaptations en caractères agrandis, en braille, des dessins en relief (DER) et des dessins adaptés par ordinateur (DAO). La production est essentiellement une production fondée sur des livres scolaires, c’est à dire des documents où le ratio texte/image est très important, et où les mises en page sont souvent complexes. En fonction de la classe, il faut compter entre 8 et 12 livres scolaires différents par élève. Il est très rare de pouvoir travailler sur les mêmes ouvrages pour deux élèves différents.

 

L’équipe de transcription est composée de huit personnes, 6 de ces personnes ayant suivi la formation de transcripteur-adaptateur proposée par la FISAF[1]. Un service reprographie-bibliothèque avec deux personnes, intervient aussi pour la fourniture d’ouvrages en agrandi.

 

Aujourd’hui, nos transcripteurs travaillent essentiellement avec Word, DBT, des logiciels d’OCR, et s’agissant des dessins en relief (DER) et des dessins adaptés par ordinateur (DAO), ils les réalisent avec Illustrator, en vectoriel. Une base importante de cartographies et de schémas a été constituée à partir du logiciel Visio, qui n’est plus utilisé pour les nouvelles productions.

 

Avec l’organisation actuelle de notre centre de transcription, nous ne pouvons pas répondre aux attentes de l’ensemble des élèves que nous accompagnons. Notre défi est d’augmenter la productivité globale de l’ensemble des transcripteurs en France pour enfin répondre aux besoins de tous les élèves déficients visuels.

 

Pour cela, il semble nécessaire de jouer sur plusieurs facteurs :


[1] Voir http://www.fisaf.asso.fr/formation-qualifiante/transcripteur-adaptateur-.html

Intervention de Nicolas Eglin (sur YouTube)

Documents



Retour à la liste des articles
Aide - Plan du site - Contactez-nous
Valid XHTML 1.0 TransitionalCSS Valide !